mardi, 6 décembre 2016|

3 visiteurs en ce moment

 

Séminaire "Politiques de l’image", consacré à Walter Benjamin.

La compénétration des espaces chez W.Benjamin

Jusqu’ici l’œuvre de WB a été analysée à partir de la temporalité, en particulier dans L’Homme de verre.Esthétiques benjaminiennes. Il en allait de même chez F.Proust : L’histoire à contretemps. Le temps historique chez W.Benjamin, 1994.

A partir de mon W.Benjamin et la forme plastique (2012), en insistant sur la découverte de l’architecture pré-moderne française,effectuée à partir de sa lecture de Giedion : Construire en France,construire en fer, construire en béton (1928), on peut montrer que W.B va développer une problématique de la spatialité, en termes de topologie. Ce qui implique qu’entre la forme et le contenu d’une chose, il y a à la fois déformation et conservation d’invariants, géométriques par exemple.

On peut donner une image d’un espace topologique : une membrane de caoutchouc. Ainsi une tasse peut-être dite homéomorphe d’un tore (solide géométrique présentant un tube courbé refermé sur lui-même). Et réciproquement. Cette géométrie a été élaborée à partir des travaux de Poincaré.

Elle est aujourd’hui à la base des architectures « non-standard » élaborées par ordinateur. Cf les travaux de G.Teyssot sur la numérisation de l’architecture. La ligne droite est alors détrônée. Les volumes privilégient des formes bulbaires.

W.Benjamin concevait l’imagination, en particulier après ses expériences hallucinogènes marseillaises comme une « faculté » de déformation et non de destruction. Ce qui l’amenait à concevoir que la création artistique consiste en une déformation de formes culturelles héritées (Fragments d’esthétique, que je commente dans L’époque des appareils, 2004). On peut faire l’hypothèse que ce type d’expérience est pour lui la matrice de tout support d’expérience possible, quelque chose comme l’écran du rêve où la forme du rideau ondulant dans le vent sert de support aux images et à leur perception. On peut parler à la suite de J.Selz d’une « rideaulogie » (travaux de S.Amy).

L’expérience hallucinogène est probablement l’expérience authentique et totale dont il montre le manque et donc la nécessité dans une perspective comme celle de la philosophie kantienne (Pour une philosophie qui vient….), jugée trop positiviste, car réduite à l’objectivation du monde.

On abordera deux aspects : la relation forme/contenu, la relation couleur/surface.
-  Comme le rappelle le texte sur l’énigme de la chaussette dans Enfance berlinoise (la forme de la chaussette est une boule, une bourse, son contenu, c’est la chaussette dépliée). Il y a bien conservation d’une entité : la chaussette, malgré une déformation radicale. Le contenu est donc la forme déployée.
-  Il y a donc rupture avec les conceptions platoniciennes, aristotéliciennes, voire simondoniennes de la relation forme/matière. Critique de l’hylémorphisme aristotélicien par Simondon.
-  C’est ce qui apparaît clairement dans la conception de la couleur. La couleur n’est pas comme le dessin qui a besoin d’un support à partir duquel il se distingue, elle se répand comme une tache d’encre sur le papier buvard : elle génère sa forme au fur et à mesure qu’elle se répand. Question de l’individuation de la forme/matière : le nom propre. C’est le nom qui de l’extérieur individue la forme, comme dans la création divine (Sur le langage en général…).
-  W.B. renouvelle donc la problématique du « matériau artistique ». Qu’en est-il chez Adorno ?
-  La peinture privilégiée par W.B sera donc liquide : aquarelle, décalcomanie,irisations de la bulle de savon, etc. Exemple des couleurs diaphanes de l’arc en ciel. Importance de l’art Chinois, du retable d’Issemheim et des maisons de verre de Scheerbart.

Ce que découvre W.B à la lecture de Giedion, c’est que l’architecture pré-moderne était incohérente, puisque si l’infrastructure industrielle était en métal, la superstructure, les façades étaient néo-classiques. La forme moderne devra donc être un montage puisque c’est le principe de la production industrielle des éléments et non plus une forme « harmonieuse ». Il en ira de même pour la production littéraire, exposant des éléments qui devront parler d’eux-mêmes : littéralité de l’exposition des archives qui devait être le principe de Paris, capitale du XIXème siècle.

On parlera de forme plastique quand le principe de technicité sera la clef des rapports forme/contenu. Soit une adéquation de la forme et du contenu selon le principe de la résolution d’un problème technique. Conception fonctionnaliste du moteur de l’automobile entendu comme intérieur (opposé à l’intériorité psychologique du particulier).

Appliquées à la relation espace privé/espace collectif, différentes époques seront considérées par W.B.
-  la Renaissance avec le théâtre Olympique de Palladio/Scamozzi à Vicenza
-  Le XIXème siècle et les passages urbains à Paris
-  Moscou la révolutionnaire (Journal de Moscou)
-  Naples (Images de pensée)

la scène du théâtre Olympique expose une compénétration de l’espace privé de la maison et de l’espace collectif à l’aune de la représentation perspectiviste. Il s’agit d’une fantasmagorie objectiviste comme le confirmeront les textes sur les perspectives hausmanniennes (Paris, )

les passages entraînent une dissociation de la foule et du particulier réduit à ne concevoir l’univers qu’en fonction de son étui propre (appartement). Critique de l’appartement bourgeois dans Expérience et pauvreté (saturation des traces) versus rêverie collective soumise à la distraction agissant sur les processus physiologiques de la foule.

-  L’appartement moscovite ne permet à l’individu aucune inscription de traces : mobilisation totale de la masse par la politique au moment de la contre révolution stalinienne (1927)
- 
-  Naples : compénétration réussie. Réversibilité de toutes les possibilités du rapport selon la détermination du principe de porosité. La porosité est alors réelle (pierre de lave) et logique.

-  la porosité de la pierre de lave de la ville traditionnelle, voire du village autochtone (Hottentot), se réalisera dans la ville moderne grâce au béton,comme chez Le Corbusier : Cités radieuses de Marseille, Rezé, Briey en forêt, Firminy.

-  En effet, l’Unité d’Habitation articule harmonieusement espaces privés des appartements et espaces collectifs (rues intérieures, toit paquebot). Benjamin aura gagné son pari contre Giedion :il sera plus corbuséen que lui.

_

 
A propos de Ici et ailleurs
Il s’agirait moins de magnifier la diversité culturelle, d’exalter l’interculturalité, voire de s’émerveiller du métissage culturel en cours dans le contexte de la globalisation que de se poser, sur un mode moins béat, cette simple question : pourquoi est-il si difficile de s’entendre, pourquoi (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

0628dinner[tiré de Picasa Web Albums - 交大社文所 le 28 juin 2009]

0628A-1[tiré de Picasa Web Albums - 交大社文所 le 28 juin 2009]

0628B-1[tiré de Picasa Web Albums - 交大社文所 le 28 juin 2009]

0628G[tiré de Picasa Web Albums - 交大社文所 le 28 juin 2009]

0627B-2[tiré de Picasa Web Albums - 交大社文所 le 27 juin 2009]

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ...