“L’animalité, un analogon de l’humanité”, ou si Kant avait eu un chien - commentaires