L'irrespirable. Ce qui nous arrive. - commentaires L'irrespirable. Ce qui nous arrive. 2020-03-20T23:05:11Z https://ici-et-ailleurs.org/contributions/actualite/article/l-irrespirable-ce-qui-nous#comment59 2020-03-20T23:05:11Z <p>Merci beaucoup pour ces doux mots qui font chaud au cœur !</p> <p>Le résumé de l'histoire de Buzyn m'a bien fait sourire, mais il est vrai qu'en même temps je me demande à quel point elle s'est mis purement et simplement à jouer les pythies après coup comme vous le dites, je me demande quand même si à une personne informée cela n'a pas été clair que la crise ne manquera pas à survenir (que 10 personne infectées aujourd'hui veut dire pas moins de 100 personnes dans une semaine qui veut dire 1000 personnes une semaine plus tard encore). Je me rappelle avoir lu que plus tôt le jour où la fermeture des écoles a été annoncée, le rapport du comité de Neil Ferguson a été présenté à Matignon. Leur rapport a-t-il été le seul et le premier à prouver la gravité de l'affaire ? Je veux dire, est-ce que ce qui s'est passé c'est qu'en ce moment les gouvernants ont appris ce qui va se passer ou que dès ce moment ils n'ont plus pu feindre l'ignorance ?</p> <p>Zizek a dit dans un entretien dans la télévision je ne sais plus laquelle qu'il se permet d'espérer un peu que l'expérience des mesures sanitaires avec lesquelles on doit apprendre à vivre pour un petit moment, va nous rendre sensible au fait que le droit à la "vie normale" d'un consommateur pas trop pauvre n'a rien d'automatique et que nous serons plus à même à faire face à la crise écologique que nous ignorons à présent. Croyez-vous que cela serait-il possible, que l'expérience d'avoir dû et su nous restreindre pendant un temps pas trop long, mais pas trop cours non plus, de nous être laissés convaincre qu'il faut bien parfois jouir moins, moins nous agiter, dans cette situation précise, que cette expérience pourrait nous préparer à accepter des contraintes semblables pour des raisons de l'ordre écologique notamment ? Nous resterons certainement des somnambules, mais des somnambules ayant appris de nouveaux tours, càd qui aurons pris le goût de la modération comme une modalité d'action efficace ?</p> <p>Je suis très d'accord avec l'idée du monde spectral (et qui ne saurait être peuplé que de spectres ou de somnambules). Je me demande toutefois quelle transformation elle appelle, puisque le monde spectral ne semble pas s'opposer à un monde vrai (une fable), puisque le premier a lui-même sa propre réalité et la spectralité ne saurait pas être la même chose que la fausseté. Peut-être vous ne parlez du somnambulisme qu'en rapport à un rêve en particulier, le rêve de l'immunité de « notre » monde - et le « vrai » monde serait simplement le monde de la catastrophe écologique « globale » ? Je me dis qu'un monde spectral est un monde fait de fictions qui n'ont plus de vraie efficacité sociale (le monde étant toujours fait de fictions dans la mesure où il est le tout d'infinité de choses ; l'infinité nous étant inconcevable, nous devons recourir à l'universel pour concevoir le monde et l'universel est une fiction… enfin un raisonnement dans ce genre), on ne peut pas facilement en sortir, comme on ne peut pas facilement nous fabriquer de nouvelles fictions (du genre de celles des illuminés de Silicon Valley). Comment donc agir dans un monde pareil pour ne pas rester somnambules ? Je pense qu'il faut devenir des spectres. Bon, je le dis comme ça…</p> <p>Par ailleurs, je croyais que quand les rues parisiennes deviendront désertes, les petits rats de la canalisation s'en empareront, mais je n'ai vu aucun rongeurs quand je faisais le tour de l'immeuble cet après-midi. Il va sans dire que j'étais très déçu.</p> <p>Amitiés,<br class="autobr" /> adam</p>