Esthétique et critique culturelle

Articles de cette rubrique

  • Refuser comme Rosemonde

    , par Paul Aymé

    Il y a trop de gens dont la liberté d’être un peu dans leur peau est systématiquement refusée. dans La Salamandre, A. Tanner, 1971
    « Je n’étais pas du pays. Je pensais que j’étais une parisienne de Paris, du 16e arrondissement. Je pensais que je n’étais pas le personage » dit Bulle Ogier, lorsqu’elle (...)

  • Mon pote le libraire

    , par Andreas Flop

    « Seul est supportable le savoir de ceux qui ne rendent pas honneur à la mort » Elias Canetti
    – C’est ton tour, dit Elvis en tendant le pétard à N.
    N. aspira une longue bouffée, bloqua sa respiration, (...)

  • Le « paumé » dans le faisceau des Lumières

    , par Alain Brossat

    Gilles Deleuze : « Quand les gens parlent du roman, il y a quelque chose qui ne va pas. On a pris l’habitude, tellement on a horreur des origines, de prendre toujours les choses par la fin, alors c’était bien quand ça a marché, cette méthode... Nous, notre méthode rhizomatique, c’est toujours de (...)

  • Un différend cosmétique majeur

    , par Jean-Louis Déotte

    Le texte qui suit est l’introduction de Cosmétiques. Simondon, Panofsky, Lyotard, ouvrage intégralement disponible en libre accès à l’adresse suivante : https://books.openedition.org/emsha/215
    Cette introduction est republiée en hommage à Jean-Louis Déotte, avec l’accord de Mme Déotte et celui du (...)

  • La philosophie postcoloniale dans le roman Terxhuman d’Idlir Azizi

    , par Adem Ferizaj

    En puisant dans la pensée postcoloniale, auparavant absente de la littérature albanaise, Idlir Azizi, avec son roman Terxhuman, publié en 2010, a créé un nouveau genre.
    L’insurrection de 1997 en Albanie et la guerre de libération du Kosovo sont les seuls événements de l’espace albanais à avoir fait (...)